Rapport du GIEC : email marketing et conscience environnementale sont-ils compatibles ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
white metal water pipe near grass

Alors que le rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) – sortie ce lundi 09/08/2021 – fait le tour des médias comme une piqûre de rappel de l’urgence climatique (enfin…pas assez à notre goût, Messi et le pass sanitaire l’ayant largement détrôné 😡), à chacun de savoir où il se situe et de prendre les mesures de son activité, à son échelle.

Nous pourrions tout simplement avoir recours à des biais cognitifs (confirmation, effet de gel…) pour se conforter dans notre pratique sans la remettre en question. Ou mieux : rejeter la faute sur une industrie tout autre et qui aurait une part de responsabilité plus importante.

Ce serait bien entendu trop simple et surtout contre productif. Alors à chacun de prendre conscience de son impact et de savoir ce qu’il peut et a envie de faire pour agir dans son quotidien et, en ce qui nous concerne, dans son métier.

📢 Tout d’abord, n’oublions pas que la meilleure façon d’atteindre le zéro carbone en emailing, c’est de ne pas envoyer d’email. Force est de constater qu’aujourd’hui l’emailing est une source de revenu (comme un canal de communication et de notoriété) non négligeable pour la plupart des entreprises et associations. Toutefois, des milliards d’emails commerciaux et newsletters sont envoyés chaque jour et stockés pour une durée indéfinie dans les data centers du monde entier. Et si nous changions de paradigme et pensions nos business comme étant raisonnables et soutenables plutôt que comme un vecteur de croissance infini ?

Peut-on faire de l’e-mail marketing et avoir des considérations pour le climat et l’environnement ?

Oui ! Et ce n’est pas une simple croyance ou conviction, fort heureusement. Étant donné qu’il s’agit bien d’évaluer l’impact de l’activité humaine sur le changement climatique, qui d’autre que sapiens pour essayer de corriger le tire, d’apprendre de ses erreurs et tenter de s’adapter afin de préserver son environnement ?

Nous le savons l’industrie liée à l’Internet (infrastructure du réseau : câble, fibre…) et l’activité générée par le Web et l’Email (services et applications utilisant le réseau Internet : agence, concepteurs, utilisateurs, data centers…), ainsi que la fabrication des terminaux nous permettant d’y accéder (smartphones, tablettes, ordinateurs, montres, télévisions, frigo…) n’est pas sans conséquence sur notre environnement et le climat : besoins en électricité, besoins en eau, besoins en métaux rares… Avec les conséquences que nous connaissons bien aujourd’hui : production de gaz à effet de serre, pollution des sols, des eaux…

Il est possible de rendre l’e-mail marketing un peu plus responsable sur le plan écologique et social, y compris lors des phases de design et d’intégration.

Chez Badsender, nous sommes engagés depuis longtemps sur ces sujets et nous désirons que ce ne soit pas uniquement des sujets de “discussion”.

Optimiser ses créations et intégrations e-mail

En 2019 déjà Thomas Defosez se posait la question et nous apporter son point de vue éclairé sur les phases de design et d’intégration HTML des emails en ayant une démarche éco-responsable.

Nous appliquons par défaut un certain nombre de bonnes pratiques qui nous semblent indispensables aujourd’hui :

Design accessible

Limitation des polices de petite taille, prise en compte des besoins de contraste, conception de structures de lecture logique (de gauche à droite et de haut en bas), alignements à gauche de textes, zones de clic larges, dissociation design / éléments textuels dans la mesure du possible…

Intégration accessible

Utilisation des balises sémantiques (p pour paragraphes, hn pour les titres…), mise en place des alt tags (textes alternatifs dans le cas où les images n’apparaitraient pas ou ne pourraient être vues), limitation des animations, intégration des éléments textuels en HTML plutôt qu’en image, utilisation des rôles (attribut HTML role="presentation" renseigné pour les tableaux imbriqués), conformité du code pour un affichage idéal sur les supports en 120DPI…

Limiter le poids de l’e-mail

Suppression des balises superflues, limitation du niveau d’imbrication des tableaux, optimisation du poids des images, réalisation de design minimaliste, utilisation poussée de la typographie afin de réduire l’usage des images, recherches complémentaires d’optimisation du poids du code…

Dark mode

Mise en place des bonnes pratiques de base (png transparents pour les éléments sur aplat de couleur, ajout de bordures sur les images sombres,…), tests et optimisation systématique du Dark Mode sur les principaux clients e-mail du marché, utilisation des thèmes de couleur spécifiques,…

Travailler sa base de données et cibler ses contacts satisfaits

Voici un levier qui peut être TRÈS sensible pour les responsables marketing ou chargés de campagne. Le réflexe est encore d’aller chercher systématiquement du volume pour garantir un bon nombre de conversions.

Comment concilier volume de données et taux de conversion ?

Faites le tri et du ménage dans les données que vous conservez si précieusement et qui pourtant prennent de la place parfois inutilement sur vos serveurs.

Segmentez et gardez les Actifs – 6 mois (=Ouvreurs – 6 mois) et les Inactifs entre 6 et 18 mois. Au-delà, il est quasi inutile de garder les contacts qui n’ont pas ouvert un seul de vos e-mails depuis 18 mois et plus (même si on ne pourra bientôt plus faire confiance aux ouvertures avec l’annonce d’Apple qui souhaite en finir avec le tracking dans iOS15, mais gardons pour l’instant cette métrique).

Ciblez les plus engagés de vos contacts. Vous y gagnerez et la planète vous remerciera également.

Comment “cibler les + engagés” ?

  1. Tout d’abord, n’envoyez qu’aux Actifs – 6 mois vos newsletters et e-mails commerciaux .
  2. Ensuite, segmentez-les ! Classez-les, par exemple, en “Nouveaux” (= Acheteurs – 30 jours), “Acheteurs”, “Ex-acheteurs”…

Si nous prenons l’exemple de la période de Rentrée :

  • envoyez votre 1er e-mail de lancement à tous vos segments sauf les ‘Nouveaux’. Ils viennent d’acheter, parfois ils n’ont même pas encore reçu leur produit, ne les sollicitez pas tout de suite à nouveau
  • analysez 4 à 5 jours après les résultats et regardez surtout le taux d’insatisfaction. S’il est supérieur à 40 %, cela signifie que près de la moitié de vos contacts ont ouvert votre e-mail pour se désabonner. Donc globalement, votre contenu n’a pas plu. N’envoyez pas de relance sur cette cible.

Enfin, n’abusez pas non plus au niveau de la périodicité de vos envois.

Data, privacy et RGPD

Le nerf de la guerre en e-mail marketing. Nous souhaitons de la visibilité afin de savoir si les investissements que nous faisons sont rentables. Mais est-ce que nous regardons vraiment les bons indicateurs, les bonnes données ?

Évitez autant que possible la boulimie de data. Ne trackez que ce qui est utile et indispensable. Nous avons tous essayé un jour ou l’autre de collecter des données qui finalement sont restées complètement inexploitées dans les tréfonds de notre base de données.

D’autres par, nous avons souvent recours à des scripts ou pixels de tracking provenant de ressources tiers (notre ESP, notre CRM, nos outils d’AB testing, Google, Facebook…) sur lesquels nous n’avons que très peu de contrôle. Aussi bien pour les optimiser (nombre de ressources et poids) que pour savoir ce qu’ils collectent vraiment (privacy et compatibilité avec la RGPD).

D’autant plus que le sujet de la protection des données personnelles est de plus en plus présent. Que ce soit par des dispositions légales (Règlement général sur la protection des données en Europe) ou par les grands acteurs du numérique (fournisseurs de services, webmail…). L’annonce d’Apple qui souhaite en finir avec le tracking et la sortie d’iOS15 remet à nouveau le sujet sur la table.

Green IT pour un numérique responsable et durable

Utilisez, autant que faire se peut, des outils et services engagés dans une démarche responsable, d’éco-conception et durable.

De plus en plus d’entreprises du numérique publient leur empreinte carbone, donnent de la visibilité sur l’infrastructure (localisation des serveurs comme consommation de ressources) aussi bien que sur leur responsabilité sociale.

De nouveaux indicateurs et standards apparaissent afin d’établir des normes qui fédèrent et identifient les engagements autour de sujets comme l’écoconception logicielle, l’achat responsable et raisonné d’équipements tout comme la réutilisation et le recyclage, l’utilisation d’électricité issue d’énergie renouvelable…

Taratata ! Nous ne sommes pas dupes ou naïfs pour autant

Tout cela ne réduira pas considérablement l’empreinte carbone de l’industrie de l’emailing

Tout ça c’est bien joli joli. Et nous sommes convaincus qu’il faut mettre en place tout ce que nous vous recommandons plus haut pour un e-mail marketing plus éthique. Toutefois, ce qui aurait VRAIMENT un impact dans l’industrie de l’e-mail c’est de supprimer ces newsletters et e-mails promotionnels stockés sur des serveurs pour rien.

Qui d’entre nous ré-ouvre un e-mail promo une semaine après l’avoir reçu ?

Qui d’entre nous relit une newsletter 15 jours après l’avoir reçu ? Franchement !

Si les annonceurs ajoutaient une date d’expiration à leurs e-mails et que ces e-mails étaient supprimés semi-automatiquement de nos boîtes e-mails, ça serait le pied pour la planète et pour nous : citoyens (qui, disons-le franchement, sommes submergés par les e-mails commerciaux 😰)

Email expiration date et Zéro Carbon Email

Alors, pour ceux qui ne le savent pas encore, chez Badsender, nous avons lancé l’initiative Email Expiration Date qui vise à faire ajouter une date d’expiration afin de pouvoir supprimer les ressources “périmées” côté serveur et donc réduire l’empreinte carbone des e-mails.

Soutenez ce projet ! Donnez-nous votre accord pour faire figurer le logo de votre entreprise sur ce site. Cette petite action a beaucoup de valeur pour prouver qu’il y a une réelle volonté de l’industrie de l’e-mail d’améliorer l’empreinte carbone de l’e-mail en déployant des dates d’expirations dans les e-mails commerciaux. Techniquement c’est possible donc faisons bouger les choses ensemble !

LePatron dans tout ça ?

C’est au cœur des valeurs que nous souhaitons porter !

Dans nos recommandations, lors de l’élaboration de votre template sur mesure, nous mettons à cœur de partager avec vous toutes nos connaissances et expériences en matière d’éco-conception et de bonnes pratiques pour un numérique durable.

Tout comme dans l’évolution et le développement de notre application, c’est pourquoi maintenant que nous avons libéré le code source, nous nous attelons à un autre chantier qui est top priorité sur la roadmap pour cette année : finaliser la migration de toute notre infrastructure sur des serveurs indépendants, européens et ayant une politique verte avérée !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code